Un code de conduite académique ?

Quand Sarah rencontre Sally à l’université : en face d’Oser la recherche au féminin il y a d’autres blogs portant sur les questions qui nous animent, dont Tenure she wrote. C’est l’occasion de reprendre à notre compte une réflexion développée sur ce blog autour des codes comportementaux en vigueur à l’université, et de leur importance dans la promotion de l’égalité.

A noter que le billet en question vise d’abord un public masculin mais… cela n’exclut en rien d’éventuelles lectrices qui ont tout à gagner d’un peu de recul à l’égard de leur environnement de travail.

Qu’est-ce qui donc pourrait contribuer à rendre le milieu académique plus immédiatement et explicitement accueillant pour les femmes ?

1. Tout d’abord, se méfier des titres : on sait qu’en France l’usage de « mademoiselle » reste fréquent. Or, sans rentrer dans de virulentes polémiques, il peut être bon de s’interroger sur la pertinence de cette désignation qui renvoie en premier lieu à un statut conjugal. Mais on peut ne pas s’arrêter là et se pencher sur l’usage qui est fait dans les relations académiques (colloque, correspondance etc.) du vouvoiement/ tutoiement (le second créant une proximité, le premier gardant à distance) ou encore des prénoms. Tout est affaire d’appréciation, l’important étant qu’il y ait une réelle équité dans les échanges.

2. Ensuite, qu’est-ce qui est recevable dans le cadre d’un échange professionnel : peut-on faire une remarque physique, un commentaire sur l’apparence, un compliment vestimentaire ? On le peut, assurément. Mais  ferait-on des remarques analogues à un homme (cravate, chemise, coupe de cheveux, couleur des yeux…) ? et d’autre part, ne gagnerait-on pas, dans un cadre professionnel, à privilégier, des réflexions ou remarques ayant trait au domaine de recherche qui rassemble les uns et les autres ? Et dans le même ordre d’idée on peut considérer que des remarques à caractère sexuel sont déplacées en contexte professionnel.

3. La parité se joue aussi, surtout dans la composition du programme d’un événement scientifique : idéalement, la parité est souhaitable, ce qui n’est pas toujours facile suivant les disciplines. La parité c’est-à-dire : 50% de femmes, pour que les chercheuses ne soient pas marginalisées, ni invisibilisées (cf. l’effet Matilda pour ceux et celles qui ont sauté certains épisodes). Cela peut demander parfois de la recherche, car justement, parfois, les femmes sont (déjà) invisibles. Cela peut aussi ne pas aboutir : en effet, les femmes sont souvent astreintes à plus de responsabilités administratives, ce qui fait qu’elles n’ont pas forcément le temps d’intervenir en colloque. En ce cas, Tenure she wrote suggère de demander à la personne qui décline si elle ne connaît pas une collègue susceptible de la remplacer. Mais la parité c’est aussi 50% d’hommes, et c’est important car bon nombre d’études de sociologie ont montré qu’un espace, un colloque etc. majoritairement tend à créer un effet repoussoir pour les hommes… qui le marginalisent.

4. Une fois que le programme du colloque est prêt, les uns-unes et les autres vont parler : l’égalité des personne requiert une attention particulière au temps de parole car traditionnellement, la société favorise la prise de parole masculine. Il convient donc d’éviter les dépassements du temps imparti mais aussi les interruptions abruptes.

5. Au-delà, la parité se joue aussi, voire bien plus, dans les activités para-scientifiques qui sont nécessaires à l’université : l’organisation d’un buffet, la rédaction d’un compte-rendu, la gestion de la pause café… La vie académique fourmille de ces moments aucunement scientifiques dévolues à des activités sans grand intérêt pour elles-mêmes. Là encore, l’égalité passe par la vigilance et le souci de l’équité pour que ce ne soit pas systématiquement les chercheuses qui fassent office de secrétaires ou de « jeunes filles de la maison »….

Le billet dont nous tirons cette réflexion conclut qu’un homme faisant tout ce qui est préconisé ne doit pas attendre d’être récompensé. Certes, car c’est en somme la justice la plus élémentaire que de donner à chacune et chacun sa juste place. Et pourtant, il n’est pas dit que l’égalité n’ait pas aussi besoin de gratitude envers toutes celles et tous ceux qui y contribuent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *