Devenir chercheure : le parcours du combattant ? Quelques références critiques.

Devenir chercheure à l’université, ou enseignante-chercheure, est faussement simple et plus compliqué qu’il n’y paraît de prime abord. Car accéder à une reconnaissance sociale et professionnelle fondée sur l’intelligence suppose d’intégrer des milieux et des pratiques qui, jusqu’à peu, étaient l’apanage des hommes. Voici une brève liste de quelques ouvrages qui, avec des angles d’études variés, abordent cette question complexe.

Parcours de femmes à l’université. Perspectives internationales. E. Ollagnier et C. Solar, L’Harmattan, 2006.

Les contributions de cet ouvrage fort riche permettent d’embrasser de vastes perspectives concernant la relation des femmes aux carrières académiques mais plus largement à la sphère de la connaissance. Le rapport au savoir des femmes figure en bonne place à côté d’études plus systématiques chiffrées faisant le point sur la féminisation du milieu universitaire. Un autre volet de la question est également abordé avec des études s’interrogeant sur l’institutionnalisation des études féministes et sur les difficultés des carrières entreprises dans ces perspectives. La dimension internationale de l’ouvrage permet en outre de dépasser les frontières et offre des apports contrastés riches d’enseignement sur les spécificités nationales.

Le plafond de fer de l’université. Femmes et carrières. F. Fassa, S. Kradolfer (dir.), Seismo, 2010.

Le présent ouvrage offre en revanche des éclairages centrés en majorité sur le cas suisse où la question de la « relève » fait l’objet d’une attention notable dans les politiques universitaires. Toutefois, la précision de ses apports, qui reviennent sur les différents mécanismes générant la relégation des femmes, la « fabrique » de l’inégalité, et les différents niveaux où ils se produisent, en font une référence appréciable. Hautement pédagogique, il permet de se familiariser avec les concepts ordinairement utilisés dans ces études (« plafond de verre », « tuyau percé » etc.) avec le support de cas éminemment concrets et issus de disciplines variées. Émanant en outre des instances suisses en charge de promouvoir l’égalité des chances il offre un bref aperçu des dispositifs incitatifs, ou correcteurs, mis en place par les différentes institutions engagées dans ce processus.

« Avoir l’étoffe du chercheur », Une autre science est possible ! I. Stengers, La Découverte, 2013, pp. 27-50.

Cette contribution figure dans l’ouvrage détaillé supra. Il est ici inséré dans un ensemble de communications intitulées « Manifeste pour un ralentissement de la science » dont les considérations sur l’accélération des modes de recherches et les conditions de l’évaluation scientifique ne sont pas sans intérêt. « Avoir l’étoffe de… » c’est en somme être fait pour le poste, et par voie de fait, recruté. Isabelle Stengers met en lumière les réseaux d’associations d’idées qui trament nos représentations de la science, du savoir et du monde académique pour montrer que les normes y sont diffuses, et elle dénonce, avec une verve toute polémique, les stéréotypes qui sont à l’œuvre dans l’ombre des mots. C’est là tout son mérite de faire entendre, et sentir, la part de symbole qui pèse sur les institutions concrètes, oriente les choix… et produit les chiffres.

Science et genre. L’Activité scientifique des femmes, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France. D. Fougeyrollas-Schwebel, H. Rouch, C. Zaidma, Publications Universitaires Denis Diderot, 2003.

Plus que des données statistiques (précieuses), et des témoignages permettant d’articuler le discours critique au discours individuel, le cahier issu du séminaire du CEDREFF qui s’est tenu à Paris VII de 2000 à 2003, offre des pistes de réflexions théoriques sur la question. La mise en perspective des différentes approches féministes de la science par E. Kerr et W. Faulkner (p. 89-114) est à cet égard précieuse, de même que la réflexion méthodologique menée par L. Schienberg (pp. pp. 41-74) autour de la mesure de l’équité. L’ouvrage se signale également par une perspective historiographique, notamment autour de la question des oubliées de l’histoire scientifique (« effet Matilda ») de M. W. Rossiter ainsi que par son ouverture aux traditions théoriques issues du monde anglo-saxon. Enfin une bibliographie d’introduction à ces problématiques complète utilement l’ouvrage.

La parité s’invite à l’université : les bureaux en charge de l’égalité femmes-hommes.

En matière d’égalité femmes-hommes, la décennie 2000-2010 marque un tournant pour le monde universitaire… En effet elle a vu naître au sein des institutions quelques bureaux spécifiques, aux appellations diverses, en charge de se pencher sur la question des rapports hommes-femmes au plan professionnel. Voici un bref répertoire des plus visibles d’entre eux sur la toile : ils gagnent à être connus car nombre d’entre eux initient actuellement un important travail à bien des points de vue.

Le bureau « Mission égalité Femmes-Hommes » de Paris Ouest Nanterre la Défense (Paris 10) recense ainsi un nombre conséquent de publications officielles et institutionnelles, autrement moins connues. Il fournit aussi quelques statistiques sur la question. Le mieux est d’explorer le site associé : http://mission-egalite-f-h.u-paris10.fr/mission-egalite-femmes-hommes/accueil/

Le « Pôle Égalité Femmes-Hommes » de l’université Paris Diderot (Paris 7) est quant à lui structuré autour de trois missions. Il entend ainsi constater en produisant des données statistiques de référence, prévenir en mettant en œuvre des actions de sensibilisation, et agir auprès des personnels de tout statut afin de remédier  aux situations présentes d’inégalité. Leur site fournit de plus amples détails sur leur action : http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=pefh&np=accueil

Au-delà des institutions franciliennes, on pourra également se tourner vers la « Mission égalité femmes-hommes » de Lille 1. Ce pôle s’est déjà investi à plusieurs degrés, par la production de chartes (à destination du personnel enseignant et des étudiant(e)s), de groupes de réflexion et par l’organisation de journées d’études en partenariat avec Lille 3. De nombreux documents sont disponibles sur leur site http://www.univ-lille1.fr/presentation/Universite-responsable/egalite-fh

L’université de Savoie comporte également un pôle chargé de ces questions dont le site est visible à l’adresse suivante : http://www.univ-savoie.fr/index.php?id=1198 Mais c’est surtout le blog associé qui retiendra l’attention par le dynamisme dont  il témoigne tant au plan de la réflexion sur les institutions que des actualités scientifiques diffusées  http://universitesavoiemissionegalite.wordpress.com/category/evenement-mission-egalite-femmeshommes/  Notons également qu’il renvoie à d’autres bureaux universitaires en charge des mêmes thématiques.

L’université de Lyon 1 de la même façon donne accès à des ressources pratiques (féminisation des noms, harcèlement sexuel etc.) et à des événements scientifiques. Notons que les ressources numériques sont ici pleinement exploitées puisque un compte twitter et scoop it font pendant au site et permettent de relayer les dernières actualités institutionnelles et ministérielles. http://mission-egalite.univ-lyon1.fr/presentation-de-la-mission-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-de-luniversite-lyon-1/

Enfin, parce que la recherche n’est pas que le fait de l’université, le CNRS dispose également d’un pôle analogue abondamment fourni qui fait la part belle aux recherches de genre mais offre également de nombreuses ressources sur les aspects pratiques où s’exercent les discriminations. On ressort de ce site bien pourvu : http://www.cnrs.fr/mpdf/spip.php?article15.

La visibilité de cette question n’a donc de cesse de gagner en visibilité, tout particulièrement sur la toile, et ce grâce à des contributions de qualité et on ne peut que s’en réjouir. Que chacun se sente libre de compléter cette brève sitographie qui a pu méconnaître d’autres initiatives et ressources afin d’en faire un reflet plus fidèle encore de la vie de nos institutions.