Un code de conduite académique ?

Galerie

Quand Sarah rencontre Sally à l’université : en face d’Oser la recherche au féminin il y a d’autres blogs portant sur les questions qui nous animent, dont Tenure she wrote. C’est l’occasion de reprendre à notre compte une réflexion développée … Lire la suite

Avoir l’étoffe du chercheur: relire Isabelle Stengers.

Galerie

C’est l’été et il fait chaud : profitons-en pour nous mettre au frais et détourner un peu le regard du sombre Baromètre du moral de l’enseignement supérieur en relisant les analyses stimulantes d’Isabelle Stengers contenues dans Une Autre science est … Lire la suite

Séance d’avril 2015 : l’université, un univers andro-centré ?

Galerie

Pour notre séance d’avril, lundi 27, nous aurons le plaisir d’accueillir Jérôme Mbiatong (MCF, LIRTES). Le thème discuté sera celui du caractère andro-centré, ou non de l’université : Les récentes évolutions des lois sur la parité et pour la promotion … Lire la suite

CNESER : cachez ces précair-e-s que je ne saurais voir.

Galerie

Branle bas de combat : en mai prochain, l’enseignement supérieur procèdera à l’élection de ses représentants au CNESER (conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, organe servant d’intermédiaire auprès du ministre). Tous les personnels de l’enseignement supérieur et … Lire la suite

les femmes dirigeantes d’université :

Galerie

Le plafond de verre de l’université se porte bien et brille dans son invisible transparence… laissant les femmes en bas, et les hommes en haut… Seuls 30% des recteurs sont des rectrices, 7% des directeurs d’écoles d’ingénieur(e)s sont des directrices, … Lire la suite

Doctorat et horloge biologique : quelle conciliation ?

Galerie

A l’heure où des firmes américaines proposent de résoudre l’équation de la conciliation entre carrière et maternité par la technique il est bon de s’interroger sur la question telle qu’elle se pose dans  la recherche. Le doctorat en effet intervient … Lire la suite

Carrières en tandem : un levier pour les femmes.

Galerie

Quand on aborde la question des carrières féminines (académiques ou autres) vient souvent la remarque que les femmes, à un moment donné, interrompent leur progression professionnelle pour suivre leur conjoint masculin quand ce dernier se voit proposer une promotion et … Lire la suite

Les femmes, chercheuses et objets de recherches.

Galerie

Un dossier dans un quotidien national (La Croix du mardi 6 mai, Flore Thomasset) revient sur la prise en compte des différences entre les sexes dans les programmes de recherche scientifique… et dans les équipes qui les mettent en oeuvre. … Lire la suite

Université et maternité : séance du 10 avril 2014.

Galerie

Oser la recherche au féminin est heureuse de vous annoncer la tenue de sa prochaine séance le 10 avril 2014, consacrée à la place de la maternité dans une carrière universitaire. Nous recevrons Mme Catherine Colard- Fabregoule, Maître de conférences … Lire la suite

La science s’expose.

Galerie

Pour ceux qui habitent Paris, une belle expo de photos invite à une promenade dans les rues ainsi qu’à une réflexion sur la parité à l’université. L’exposition « Infinités Plurielles » commanditée par le MESR propose des portraits en pieds de femmes … Lire la suite

Devenir chercheure : le parcours du combattant ? Quelques références critiques.

Devenir chercheure à l’université, ou enseignante-chercheure, est faussement simple et plus compliqué qu’il n’y paraît de prime abord. Car accéder à une reconnaissance sociale et professionnelle fondée sur l’intelligence suppose d’intégrer des milieux et des pratiques qui, jusqu’à peu, étaient l’apanage des hommes. Voici une brève liste de quelques ouvrages qui, avec des angles d’études variés, abordent cette question complexe.

Parcours de femmes à l’université. Perspectives internationales. E. Ollagnier et C. Solar, L’Harmattan, 2006.

Les contributions de cet ouvrage fort riche permettent d’embrasser de vastes perspectives concernant la relation des femmes aux carrières académiques mais plus largement à la sphère de la connaissance. Le rapport au savoir des femmes figure en bonne place à côté d’études plus systématiques chiffrées faisant le point sur la féminisation du milieu universitaire. Un autre volet de la question est également abordé avec des études s’interrogeant sur l’institutionnalisation des études féministes et sur les difficultés des carrières entreprises dans ces perspectives. La dimension internationale de l’ouvrage permet en outre de dépasser les frontières et offre des apports contrastés riches d’enseignement sur les spécificités nationales.

Le plafond de fer de l’université. Femmes et carrières. F. Fassa, S. Kradolfer (dir.), Seismo, 2010.

Le présent ouvrage offre en revanche des éclairages centrés en majorité sur le cas suisse où la question de la « relève » fait l’objet d’une attention notable dans les politiques universitaires. Toutefois, la précision de ses apports, qui reviennent sur les différents mécanismes générant la relégation des femmes, la « fabrique » de l’inégalité, et les différents niveaux où ils se produisent, en font une référence appréciable. Hautement pédagogique, il permet de se familiariser avec les concepts ordinairement utilisés dans ces études (« plafond de verre », « tuyau percé » etc.) avec le support de cas éminemment concrets et issus de disciplines variées. Émanant en outre des instances suisses en charge de promouvoir l’égalité des chances il offre un bref aperçu des dispositifs incitatifs, ou correcteurs, mis en place par les différentes institutions engagées dans ce processus.

« Avoir l’étoffe du chercheur », Une autre science est possible ! I. Stengers, La Découverte, 2013, pp. 27-50.

Cette contribution figure dans l’ouvrage détaillé supra. Il est ici inséré dans un ensemble de communications intitulées « Manifeste pour un ralentissement de la science » dont les considérations sur l’accélération des modes de recherches et les conditions de l’évaluation scientifique ne sont pas sans intérêt. « Avoir l’étoffe de… » c’est en somme être fait pour le poste, et par voie de fait, recruté. Isabelle Stengers met en lumière les réseaux d’associations d’idées qui trament nos représentations de la science, du savoir et du monde académique pour montrer que les normes y sont diffuses, et elle dénonce, avec une verve toute polémique, les stéréotypes qui sont à l’œuvre dans l’ombre des mots. C’est là tout son mérite de faire entendre, et sentir, la part de symbole qui pèse sur les institutions concrètes, oriente les choix… et produit les chiffres.

Science et genre. L’Activité scientifique des femmes, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France. D. Fougeyrollas-Schwebel, H. Rouch, C. Zaidma, Publications Universitaires Denis Diderot, 2003.

Plus que des données statistiques (précieuses), et des témoignages permettant d’articuler le discours critique au discours individuel, le cahier issu du séminaire du CEDREFF qui s’est tenu à Paris VII de 2000 à 2003, offre des pistes de réflexions théoriques sur la question. La mise en perspective des différentes approches féministes de la science par E. Kerr et W. Faulkner (p. 89-114) est à cet égard précieuse, de même que la réflexion méthodologique menée par L. Schienberg (pp. pp. 41-74) autour de la mesure de l’équité. L’ouvrage se signale également par une perspective historiographique, notamment autour de la question des oubliées de l’histoire scientifique (« effet Matilda ») de M. W. Rossiter ainsi que par son ouverture aux traditions théoriques issues du monde anglo-saxon. Enfin une bibliographie d’introduction à ces problématiques complète utilement l’ouvrage.