Doctorat et horloge biologique : quelle conciliation ?

A l’heure où des firmes américaines proposent de résoudre l’équation de la conciliation entre carrière et maternité par la technique il est bon de s’interroger sur la question telle qu’elle se pose dans  la recherche.

Le doctorat en effet intervient à un âge où certaines femmes peuvent désirer fonder une famille : or la question, pour celles qui se la posent, n’est pas formulée dans les mêmes termes que leurs collègues masculins.

Le principal obstacle que peuvent rencontrer ces femmes est tout d’abord la méconnaissance des textes et dispositifs concernant leurs droits, vient ensuite l’institution elle-même, qui conserve souvent une latitude notable dans l’application de ces mêmes textes. Plus largement, la maternité est un sujet peu visible dans la vie universitaire, du fait, peut-être, d’un primat accordé à la dimension intellectuelle du travail, mais surtout à cause des relations physiques lâches entretenues entre collègues : la maternité peut passer inaperçue. Cette invisibilité est à tempérer pour peu que l’on se penche sur la toile, où un nombre notable de forums, non académiques, thématisent la question, comme on peut le voir notamment ici :

grossesse et doctorat, avez-vous déja essayé? – Confidentielles.

enceinte et doctorante – Forum Grossesse & vie active Magicmaman.

Il est frappant de noter que dans un certains nombre de contributions proposées ici et là, le statut de la doctorante oscille entre l’étudiante et la jeune professionnelle, la première catégorie offrant encore moins de repères pour appréhender le cadre légal de la situation.

Quelques contributions éparses toutefois, et sortant d’un point de vue exclusivement particulier sur la question peuvent être toutefois mises en évidence. Celles-ci abordent moins les dispositifs juridiques qu’une dimension pragmatique de la question (« Comment faire ? Est-ce faisable ? »), mais aussi les présupposés implicites qui concourent à faire de la maternité dans le cadre doctoral un problème : le billet de l’association enthèse, Concilier doctorat et maternité | ENthèSe – Ressources pour la thèse. offre une synthèse exhaustive, mais c’est également le cas d’une interview anglophone d’une jeune chercheure, Motherhood and science : Naturejobs Blog.

Que le sujet soit sensible transparaît clairement pour peu que l’on regarde le nombre de commentaires laissés, souvent très tranchés, et témoignant de situations parfois très difficiles. Mais l’énonciation qui se déploie sur ces sites, notamment dans les forums français, mérite que l’on s’y arrête aussi un peu : on y sera frappé de la récurrence de sentiments comme la peur et la culpabilité, et de motifs qui à force deviennent cliché comme le lien entre motivation académique et grossesse.

On pourra se reporter sur le même site à une série d’interviews croisées de chercheures se situant à des étapes différentes de leur carrière qui abordent de semblables considérations, avec une insistance sur les modalités pratiques mises en œuvre pour concilier travail et famille : From the frontline: 30 something science : Nature News & Comment.

Un rapide coup d’œil aux contributions francophones et anglophones permet d’ailleurs de saisir que la tonalité est loin d’y être semblable : les forums et commentaires du billet ont tendance à être pessimistes quand les interviews anglophones, sans minimiser les difficultés, mettent en avant des modèles positifs pouvant permettre de se projeter.

Qu’en est-il de l’information que l’on qualifiera d’officielle ? Celle-ci est disponible mais elle permet aussi de saisir plusieurs ambiguïtés. Le site Legifrance permet tout d’abord de prendre connaissance des textes de loi qui régissent le contrat doctoral le Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels, et en particulier de l’article 8:

« Si, durant l’exécution du contrat, le doctorant a bénéficié d’un congé de maternité, de paternité, d’un congé d’adoption, d’un congé de maladie d’une durée supérieure à quatre mois consécutifs ou d’un congé d’une durée au moins égale à deux mois faisant suite à un accident de travail, la durée du contrat peut être prorogée par avenant si l’intéressé en formule la demande avant l’expiration de son contrat initial. La durée de cette prorogation est au plus égale à la durée du congé obtenu dans la limite de douze mois. »

L’article 9 limite en revanche, dispositions de l’article 8 comprises, à quatre an maximum la durée totale du contrat doctoral. L’article 11 rappelle également que le droit aux congés se décompte à partir de la date de début du contrat, et une mise au point de la CJC CJC – FAQ : À propos du contrat doctoral indique que la durée minimale pour avoir accès aux congés est de un an.

Il est toutefois intéressant d’observer ce qu’il en est de la pratique du droit, notamment en se reportant à la page de l’association des doctorants et docteurs d’Assas. Les démarches à effectuer auprès de l’administration universitaires y sont clairement exposées et le texte fournit un utile vademecum. Information sur la maternité pendant le doctorat – Association des Doctorants et Docteurs d’Assas.

Il y est indiqué que la prolongation, légale, de douze mois du doctorat dans le cadre d’un congé maternité est loin d’être aisée à obtenir, du fait d’une forte pression pour finir rapidement la thèse. Il y est rappelé qu’il également possible de prendre une année de suspension de thèse.

Reste que ces deux sources d’information ne traitent en réalité presque exclusivement du cas de doctorantes contractuelles qui rentrent davantage dans un cadre juridique identifiable. La question des doctorantes non contractuelles, mais aussi des doctorantes ATER n’apparaissent pas, alors que des problèmes spécifiques peuvent se poser pour elles. On peut songer ainsi pour les ATER aux importants déplacements impliqués par les campagnes de recrutement, préjudiciable dans le cadre d’une grossesse, et à la possibilité, pas toujours accordée, de demander une charge de cours semestrialisée pour respecter le congé maternité. On consultera avec profit sur ces cas institutionnels l’article d’Olivia Bui-Xuan  « Le congé de maternité des enseignantes-chercheures », Droit et Société, n° 77, 2011 qui fait état d’une « loterie des congés maternités ».

Les doctorantes non contractuelles, aux situations très variées sont les grandes perdantes de cette information éparse, et font figure de précaires entre toutes puisqu’elles ne relèvent que de leur statut étudiant. Or, les instances chargées de la santé étudiante au sein des établissements universitaires abordent peu la question de la maternité, à l’inverse de ce qui peut se faire dans d’autres pays, ici, la Suisse parents-etudiants – brochure_definitive_parents-etudiants.pdf. Il n’est pas dit par ailleurs que soit admis dans les mentalités l’idée de mener simultanément études supérieures et projet de famille. La brochure suisse est clairement destinée à des étudiant(e)s, non à des personnels, et cerne l’ensemble de la question en quelques points synthétiques : finance, modes de garde, organisation universitaire, surmenage, solitude et isolement, recommandations.

En dernier recours, il importe de revenir à la question posée par nombre de femmes sur les divers forums cités supra : « Est-ce possible de concilier doctorat, carrière académique et maternité? ». Ne faudrait-il pas à l’inverse se demander pourquoi les femmes sont-elles sommées d’appréhender cet aspect légitime de leur vie comme un problème ? C’est le point de vue défendue dans le n° 7 de la lettre de l’Observatoire des métiers académiques de la science politique par C. Froidevaux Metterie pour qui « Un enfant ou un avancement ? [est un ] faux dilemme ! » Féminisation de la discipline CFM (1) – lettreobs7.pdf. Il est bon de rappeler que les divers forums évoqués ne traitent pas, ou très rarement, de la parentalité comme étant commune aux femmes et aux hommes, mais bien de la maternité.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *