Carrières en tandem : un levier pour les femmes.

Quand on aborde la question des carrières féminines (académiques ou autres) vient souvent la remarque que les femmes, à un moment donné, interrompent leur progression professionnelle pour suivre leur conjoint masculin quand ce dernier se voit proposer une promotion et un salaire plus conséquent. De là, plusieurs considérations peuvent s’ensuivre oscillant entre l’argument d’autorité et la culpabilisation : « les femmes établissent des priorités qui les desservent », « les femmes ne s’affirment pas assez », « c’est normal de donner la priorité à celui qui gagne le plus » etc. Toutes remarques qui ne sont pas sans pertinence quoiqu’elles ne sauraient résumer la situation.

En effet, on peut envisager d’autres modes de gestion de carrières où la vie professionnelle se pense différemment : en tandem plutôt qu’en monade, en addition plutôt que par soustraction (l’un se sacrifie).  Il s’agit alors de penser « carrières de couple » et non plus « carrières d’individus ». Le propos n’a rien de fantaisiste ! La preuve avec le récent document publié en février 2014 Eurodoc,  association européenne de réflexion sur les conditions du doctorat. Le titre du document est le suivant : « Dual Career Opportunities for Doctoral Candidates and Early Stage Researchers » et il se trouve ici

http://www.eurodoc.net/policies/policy-papers/

Penser la carrière en tandem qu’est-ce que cela veut dire ?

C’est d’une part prendre acte de plusieurs considérations :

– que les femmes ont du mal à faire carrière de par les priorités socio-économiques auxquelles elles se heurtent (cf. supra) : promotion plus lente, salaire moindre.

– que les jeunes chercheurs qui sont en pleine phase de construction de leur carrière (30-35 ans) sont aussi à une période où ils songent à fonder une famille et que ces aspects peuvent être des freins, notamment pour les femmes.

– que les jeunes chercheurs constituent souvent des couples hautement qualifiés, ce qui implique des problématiques d’emploi spécifiques.

– que les jeunes chercheurs se positionnent sur un marché de l’emploi très globalisé, ce qui implique une importante mobilité nationale et internationale.

Et dans les faits ? Dans les faits le document d’eurodoc suggère entre autres la création de structures ou de cellules d’aide à l’installation et au démarrage professionnel. Vous vous installez en poste dans la prestigieuse université de P***. ? L’université propose un soutien pratique à votre compagnon/ compagne pour qu’il/ elle puisse retrouver un emploi en vous ayant suivi.

Utopique ? Pas forcément puisque cela existe déjà, notamment en Suisse, à Genève avec le Welcome center  : https://www.unige.ch/egalite/parents/travailler/accueil-chercheurs/

Et on peut aussi se reporter à la brochure éditée pour le doctorat par la même université qui aborde les doubles carrières à la page 57 : http://www.unige.ch/rectorat/egalite/presentation/publicationsEgalite/extrait_Au_dela_du_doctorat.pdf

Pour autant, l’égalité et les carrières féminines sont-elles garanties par de tels dispositifs ? Oui et non, car la gestion de carrière ne se limite pas au fait d’avoir un emploi (n’importe lequel) pour le conjoint « suiveur ». Si ces structures fournissent une aide appréciable, elles ne peuvent gommer le fait, entre autres, qu’un homme en moyenne gagne plus qu’une femme. Un couple se déplacera-t-il pour une opportunité réelle de carrière offerte à la femme si en même temps l’homme doit interrompre un temps sa progression ? Rien n’est moins sûr car en couple comme ailleurs on pense qu »un tiens vaut qu’un tu l’auras ». Verdict ? Autant que l’accompagnement à l’emploi, qui relève du pragmatique, il convient aussi de valoriser des carrières moins linéaires qui permettent de jouer d’une alternance entre la progression et les opportunités de l’un et l’autre conjoint, car il est rare d’être strictement à l’unisson au plan professionnel et ce d’autant plus dans un contexte de crise.

Actions concrètes et actions sur les mentalités : on retrouve là l’ordinaire duo de leviers de l’égalité femme-homme. Comme quoi il s’agit autant d’actes que de pensées, de faits que d’imaginaires.


2 réflexions au sujet de « Carrières en tandem : un levier pour les femmes. »

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article sur les carrières duales. Je vous rencontre volontiers pour étayer – étoffer votre point de vue, étant en charge du programme Carrière2 pour les DCC (Dual Career Couples) de l’Université de Genève. Vous pouvez aussi visiter notre site web
    http://www.carrière2.ch
    Notre page Face book : https://www.facebook.com/carriere2.ch
    Notre Twitter: http://twitter.com/UnigeCareer2

    Bien à vous,
    Natacha Rault

    • Bonjour, nous vous remercions pour votre intérêt pour notre initiative ! Nous aurions grand plaisir à mieux connaître le programme dont vous êtes en charge. Meilleures salutations, V. Griveau Genest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *