Les femmes, chercheuses et objets de recherches.

Un dossier dans un quotidien national (La Croix du mardi 6 mai, Flore Thomasset) revient sur la prise en compte des différences entre les sexes dans les programmes de recherche scientifique… et dans les équipes qui les mettent en oeuvre.

Le fait est connu, quoique abordé de manière très ponctuelle: dans les sciences du vivant, dans la pharmacologie et dans les études cliniques, les cohortes d’étude aussi bien animales qu’humaines sont composées majoritairement d’individus mâles. Faut-il incriminer « une société très androcentrée où le mâle, l’homme, est inconsciemment considéré comme neutre et comme élément de référence » (p. 14 du dossier) ? Peut-être, mais pas seulement : car in fine les tests réalisés sur des individus femelles sont plus coûteux et plus difficiles à interpréter selon les chercheurs et chercheuses interrogés. La faute  aux variations hormonales, plus importantes chez les individus femelles que chez les individus mâles. Il n’est pas dit que dans des domaines très différents les mêmes freins ne se manifestent : faire des recherches en histoire, ou en littérature, ou dans une autre discipline de SHS peut exposer à une documentation moins fournie, plus lacunaire. Autant d’éléments qui font le lit de l’approximation subjective dira-t-on.

Pourquoi se mettre en peine dans ce cas d’intégrer plus d’individus de sexe féminin dans les objets de recherche ? Parce que les mêmes hormones peuvent induire, en pharmacologie notamment, des effets secondaires chez les femmes… mais pas chez les hommes. Il est bon sur ce point de voir un clip réalisé par de jeunes chercheuses du groupe Draw me why, visible ici http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/revue-de-presse/54-lu-sur-la-toile/2403-science-au-feminin-clip-gagnant

Et en SHS ? Si ces disciplines ne peuvent se prévaloir d’effets aussi problématiques que ceux qu’induisent certains médicaments, force est de constater que l’étude de la place, des écrits, des rôles …. des femmes contribue toujours à complexifier le paysage scientifique et à offrir un contrepoint précieux aux grands récits que la recherche est parfois tentée de produire. Un exemple entre mille : l’ouvrage de Françoise Mayeur, L’éducation des filles en France au XIXe permet de nuancer (mais non de récuser) certains biais de l’historiographie positiviste républicaine : sous l’ancien régime c’est l’Eglise qui prend le plus souvent en charge l’éducation des filles, même pauvres. La dénonciation d’une institution ecclésiale obscurantiste dans la lignée des philosophes des Lumières doit parfois être affinée.

C’est dans cette perspective que le CNRS a lancé en 2012 un programme intitulé « Défi genre » http://www.cnrs.fr/mi/spip.php?article87 dont l’ambition est d’interroger le rôle du biais genré dans les pratiques de recherche et l’élaboration de la connaissance.

Pour cela, faut-il plus de femmes dans les équipes de recherche ? Anne Pépin, directrice de recherche au CNRS dans le même dossier de presse affirme que non, tout en soulignant que la présence de femmes introduit souvent un rapport différent au travail de recherche. Si le plafond de verre pose problème, ce n’est, a priori, pas dans ce cadre, les femmes ne traitant pas de sujets de recherche différents des hommes.

En revanche ce que toutes ces interventions  soulignent, c’est que la prise en compte équilibrée et équitable de la différence entre les sexes dans les travaux de recherche est peu, voire pas, compatible avec un découpage disciplinaire hermétique. Au contraire, ces questions convoquant à la fois sur un plan biologique (hormones etc.), un plan psychologique et un plan social, l’interdisciplinarité est de mise : le programme du CNRS insiste lourdement sur cet aspect. En somme, penser aussi le féminin, c’est se donner toutes les chances de penser davantage le réel dans sa finesse et sa complexité : est-il d’autre ambition pour la recherche ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *