Peut-on faire de la recherche sans les femmes ?

Les femmes représentent 50 % de l’humanité (ou moins dans des pays comme la Chine ou l’Inde où la natalité accuse un déséquilibre en faveur des enfants mâles): pourtant, la prise en compte à parts égales des femmes et des hommes dans les travaux de recherche continue d’être la cinquième roue du carrosse méthodologique. C’est vrai en sciences expérimentales comme le rappellent un article de la Croix et Flora Vincent  de Wax Science lors du colloque Femmes et sciences (2014)… mais c’est vrai aussi en histoire, en littérature, en sociologie… sauf à faire des gender studies où cette fois on (n’)étudie (que) les femmes.

Une récente étude relayée par le CNRS, qui fédère les observations de nombreux, et importants, centres de recherches permet d’aller plus loin que la simple dénonciation de l’inégalité laquelle ne touche que ceux qui veulent bien être touchés…

L’absence des femmes, remet en question la véracité des résultats de la recherche, mais aussi leur légitimité, enfin leurs possibilités d’application. Véracité car quid d’une observation biologique qui fait l’économie des « complications » du cycle hormonal féminin ? Légitimité aussi car quid d’une science faite uniquement par des hommes… pour tous et toutes ? Application enfin car au vu des méthodologies pharmacologiques évoquées supra on peut légitimement avoir des doutes sur les effets secondaires des médicaments… L’étude citée par le CNRS a  donc ce double mérite : pointer les résultats qui pèchent par la non intégration des problématiques liées aux femmes, et donc la représentation de la réalité qui est ainsi produite, pointer la manière de faire, qui doit intégrer les femmes, y compris les femmes qui travaillent dans la recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *