Avoir l’étoffe du chercheur: relire Isabelle Stengers.

C’est l’été et il fait chaud : profitons-en pour nous mettre au frais et détourner un peu le regard du sombre Baromètre du moral de l’enseignement supérieur en relisant les analyses stimulantes d’Isabelle Stengers contenues dans Une Autre science est possible, publié chez La Découverte en 2013.

Une science… autre, différente (et possible !) c’est entre autres, pour l’auteure, une science qui fasse une place égale aux femmes et aux hommes dans les carrières de la recherche. C’est surtout, une science moins tributaire d’une construction symbolique qui en valorise certains au motif qu’ils ont « l’étoffe » du chercheur (et pas de la chercheure, ou chercheuse).

La réflexion part du constat que depuis peu certains programmes entendent lutter contre l’inégalité d’accès des hommes et des femmes aux carrières scientifiques. Louable souci d’égalité ? Pas seulement souligne l’auteure : il s’agit aussi d’une réponse au manque d’attractivité dont souffrent les carrières scientifiques : « On ne peut plus se permettre de négliger une partie du vivier dont dépend l’avenir de la recherche, et il s’agira donc d’intéresser les « filles » à une carrière dont elles ne sont censées s’écarter que du fait d’une représentation « genrée ». La science serait en droit également ouverte à tous et toutes, et l’auto-exclusion des filles témoignerait seulement de leur croyance que ce n’est pas pour elles. On remarquera que dans ce cas, le genre ne relève que d’une représentation illusoire, qu’une meilleure information, un changement d’image devraient pouvoir modifier. La réalité serait celle d’une science neutre par rapport au genre. » (p. 28)

Or, ce que souligne l’auteure, c’est que la représentation de la science n’est pas neutre au plan symbolique : l’étoffe du chercheur sied mieux à Monsieur qu’à Madame… « Qu’est-ce qui définit la vocation scientifique, ce qui fait l’étoffe d’un.e véritable chercheur.e ? Qu’il s’agisse d’une construction genrée va de soi au sens où elle a des effets de discrimination directs envers la plupart des femmes. On pourrait dire que la carrière a été conçu pour les hommes, et même pour des hommes bénéficiant du soutien de celles qui tiennent la maison, s’occupent des enfants, leurs épargnent les soucis pratiques, leurs permettront de passer des nuits blanches au laboratoire et de s’absenter lors des nombreux stages et déplacements à l’étranger que suppose la carrière d’un chercheur. » (p. 29)

L’étoffe, le rappelle Isabelle Stengers, ne renvoie pas à des capacités effectives et concrètes qui permettent de faire de la bonne recherche. Elle renvoie davantage à une norme fonctionnant comme un crible invisible certaines, ou certains : « Nous avons affaire ici à une construction dont la singularité est de ne pas prétendre décrire une réalité, et qu’il serait donc vain de dire illusoire : elle est « vraie » au sens où elle « fait tenir ensemble », où elle produit un rapport particulier à soi et aux autres. Où elle suppose et produit un ethos. » (p. 31). Cette construction symbolique qui cimente l’ethos académique facilite l’exclusion des femmes qui ne peuvent pas toujours se jeter à corps (aussi) perdu que leurs collègues masculins dans la « vocation scientifique ». Ainsi, ne pas pouvoir passer toutes ses nuits à travailler au laboratoire (pour des raisons diverses, largement tributaires de configurations sociales) sera considéré comme le signe d’un « manque d’étoffe ».

Car c’est bien entre l’héroïsme et la vocation que se tisse cette étoffe pleine et entière qui ne tolère pas le moindre accroc : héroïsme quasi guerrier du héros qui s’oublie face à un idéal transcendant  qui le dépasse (ici, la science), vocation, ou sacerdoce, où se forge une rationalité objective capable de résister aux sirènes tentatrices du doute… et plus largement, au monde extérieur qui impose (toujours) des délais, fâcheux, à la quête de la sainteté… ou de l’excellence. Nul doute que dans un contexte de compétition exacerbé par la pénurie de postes il ne soit délicat de promouvoir un investissement scientifique qui ne reprenne cette norme de l’engagement à corps perdu… c’est là que le titre de l’ouvrage brille par son positionnement optimiste : une autre science est possible.


2 réflexions au sujet de « Avoir l’étoffe du chercheur: relire Isabelle Stengers. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *