CNESER : cachez ces précair-e-s que je ne saurais voir.

Branle bas de combat : en mai prochain, l’enseignement supérieur procèdera à l’élection de ses représentants au CNESER (conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, organe servant d’intermédiaire auprès du ministre). Tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche sont appelés à voter pour leurs représentants.

Tous ? Oui… sauf certains… car la juridiction administrative en vigueur signe l’exclusion, depuis mars 2015, de l’immense majorité des jeunes chercheur-e-s que compte le secteur professionnel de la recherche académique. Comment ? C’est que ne peuvent être électeurs que les doctorants et doctorantes employés au titre d’un contrat doctoral assorti d’une mission d’enseignement. D’aucuns y voient une limite problématique : c’est le cas notamment de la Confédération des Jeunes Chercheurs (CJC) qui en a fait part dans un communiqué de presse.

http://cjc.jeunes-chercheurs.org/positions/communique-2015-03-16.pdf

Or, cette exclusion des instances représentatives des doctorant-e-s ne disposant pas d’un contrat de travail auprès de leur université, pour le dire plus simplement, des doctorant-e-s non financés est loin d’être neutre. Elle signe d’une part, l’exclusion des jeunes chercheur-e-s précaires, nombreux, voire majoritaires dans certaines disciplines. Mais elle implique aussi, l’exclusion d’un nombre important de doctorant-E-s et de jeunes chercheurEs.

Rappelons-le, à la suite des statistiques communiquées par le Le Livre blanc de l’enseignement supérieur de l’ANEF (2014) : les personnels précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche sont majoritairement des femmes. Nous ne possédons pas à ce jour de statistiques sexuées pour les contrats doctoraux, en dépit d’une consultation du MESR en 2012-2013 destinée à évaluer la part de doctorantes et de docteures toutes disciplines confondues. On sait en revanche (cf. ANEF, op. cit.) que les doctorantes en CIFRE représentent 37% de l’effectif des thèses effectuées en CIFRE. Les femmes composent en outre les 2/3 des vacataires à l’université (avec une surreprésentation dans les SHS) et représentent 60% des vacataires du CNRS (cf. ANEF, op. cit.).

Le déni de représentation entériné par le dispositif actuel du CNESER est donc double : il exclue l’importante masse des travailleurs précaires déjà peu reconnus et ce faisant, il exclue des femmes déjà reléguées par l’influence tenace du plafond de verre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *