les femmes dirigeantes d’université :

Le plafond de verre de l’université se porte bien et brille dans son invisible transparence… laissant les femmes en bas, et les hommes en haut… Seuls 30% des recteurs sont des rectrices, 7% des directeurs d’écoles d’ingénieur(e)s sont des directrices, et  11 % des directeurs d’universités sont des directrices. Rien ne change donc ? Et pourtant si, mais de façon bien ténue… Petite promenade web à la recherche des femmes responsables de l’université.

Première étape avec un billet d’Educpros qui diffuse cette bonne et récente nouvelle de la création de l’AFDESRI, l’association des femmes dirigeantes de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : Femmes dirigeantes de l’enseignement supérieur et de la recherche, unissez-vous ! – Educpros. Brigitte Plateau, administratrice générale de Grenoble (INP), et présidente de la nouvelle association, rappelle que les chiffres ne parlent pas en faveur des femmes. Au-delà du constat connu, elle souligne aussi qu’il est important que, face à un poste à pourvoir, les femmes soient sollicitées car, à l’inverse des hommes, elles sont moins enclines à se mettre en avant et ont tendance à s’autocensurer. Est-ce seulement la faute des femmes ? Madame Plateau souligne le poids des représentations symboliques qui associent les fonctions de direction à la masculinité. Mais elle évoque plus rapidement un problème, social cette fois, qui est la répartition des tâches domestiques, très souvent à la charge des femmes. A ce problème qui est loin de se réduire au secteur de la recherche, se rajoute un paramètre spécifique au monde académique qui est le relatif flou qui délimite le temps de travail et le temps personnel. Quand cesse-t-on en effet de travailler quand tel week end sera marqué par un colloque, ou telle soirée par un dîner professionnel informel. Or ce flou, que certaines chercheur(e)s ont qualifié de « temps opaque » tend à augmenter plus on monte dans la hiérarchie, posant de réels problèmes de conciliation pour certaines.

L’association de l’AFDESRI ne possède pas encore de site semble-t-il, mais on pourra la suivre avec profit sur twitter (@afdesri) où elle opère un travail de veille intéressant sur les problématiques qui sont les siennes. On ne peut enfin que saluer que cette association mise sur la mixité de ses membres pour œuvrer à un changement des mentalités. Mais il y a un organe bien plus institutionnel qui pourrait s’intéresser à ces questions : qu’en est-il de la CPU, la conférences des présidents d’université ?

Cap donc sur le très sérieux site de la CPU : premier constat, il faut chercher la parité, qui n’apparaît pas tout de suite au milieu de la forêt des actualités et des grandes rubriques. Mais on peut trouver une première mention de ces questions dans l’onglet « Commission des moyens et des personnels » CPU – Conférence des présidents d’université. puisqu’un groupe de travail est consacré à l’égalité femme-homme. En revanche les travaux récents mis en avant ne concernent  pas cet axe. Notons qu’à la tête de cette commission se trouve une femme, ce qui est rarement le cas dans les autres.

On se reportera ensuite à la rubrique « Nos propositions pour l’enseignement supérieur » CPU – Conférence des présidents d’université qui permet de trouver un colloque sur les hommes et les femmes qui font l’université, datant de 2013 et dont l’atelier E cible la question de la parité. C’est, en dépit de l’intitulé de la rubrique, l’apport le plus récent, dont les actes sont téléchargeables maquette comp BAT 2-oct.indd – maquette-actes-web.pdf.

Les choses changent donc, puisque malgré tout, la question de la parité dans les carrières universitaires des femmes et des hommes s’invite sur la scène universitaire et devient plus visible. Elle est encore loin pourtant d’être une évidence puisque c’est encore une association qui se fait le plus héraut de ces questionnements, davantage que les institutions elles-mêmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *